retour accueil

AUTOUR DE COUCOURON
Maison forte de Villeneuve, moulin de Courbet, chapelle Saint-Clair

(Journée champêtre - 20 juillet 2008)

Voilà un événement en passe de devenir une tradition pour la Sauvegarde : la journée champêtre organisée chaque mois de juillet par nos amis Bousquet, sur les hautes terres vivaro-vellaves, autour du Chaussadis. Malgré de fortes pluies matinales, heureusement interrompues à l’heure du rendez-vous, nous avons été une nouvelle fois nombreux au point de ralliement, fixé cette année au hameau de Villeneuve, commune de Lachapelle-Graillouse. Un hameau pas comme les autres ; de l’agrégat de toits de ses maisons paysannes émerge la haute silhouette d’une noble bâtisse flanquée d’une tour qui capte immédiatement le regard depuis la route de Saint-Cirgues-en-Montagne à Coucouron, une maison forte.

La maison forte de Villeneuve

La maison forte de Villeneuve (commune de Lachapelle-Graillouse)

La maison forte de Villeneuve. À gauche, la chapelle.

Au point de rendez-vous, nous sommes accueillis par : M. Enjolras, maire-adjoint de Coucouron, organisateur des visites de cette matinée, et son épouse, Bernadette, Magali Fléchaire, belle-fille de l’ancien meunier du moulin de Courbet et M. et Mme Bertrand, propriétaires de la maison forte, qui nous invitent immédiatement chez eux. Reçus avec une extrême gentillesse, nous voyons quasiment chaque porte de la vénérable demeure s’ouvrir devant nous et pouvons admirer la réussite de son aménagement. En vingt-cinq ans de labeur, de passion et d’abnégation, les propriétaires ont su créer une habitation confortable tout en préservant le charme et l’authenticité du lieu.

Au rez-de-chaussée, la vaste cuisine met en valeur une cheminée monumentale dont le manteau abrite le four à pain et un placard à fromages. À côté, dans un angle, l’évier en pierre voisine avec un puits dont on peut voir le miroir d’eau.

Porte de la maison forte de Villeneuve

Au-dessus de la porte de la maison forte, on lit la date : 1619.

Chaque maison de Villeneuve, nous dit Magali, a ainsi son propre puits. Sous l’unique fenêtre, une pierre porte la date de 1589, qui rappelle la période de fondation de Villeneuve, le XVIe siècle.
   C’est par un escalier à vis que nous allons accéder aux étages supérieurs. Cet escalier avait aussi un autre usage, grâce au petit trou découpé dans la pierre entre deux marches, en face de la porte donnant sur la cour. Ce dispositif permettait de tenir l’entrée sous le feu d’une arme, si cette porte avait été forcée, tout en protégeant le tireur.
   La pièce principale du premier étage possède aussi une superbe cheminée monumentale, mise au jour à l’occasion des travaux de restauration.
   Aux second et troisième étages, des chambres ont été aménagées, où sont mis en valeur des meubles anciens. À l’opposé de l’escalier à vis, un escalier de bois moderne dessert également les étages, à partir du grand salon récemment aménagé au rez-de-chaussée, côté nord.
   Au-delà du troisième étage, l’escalier à vis est remplacé par un escalier de bois, aujourd’hui sans issue, passant à côté d’une bretèche de défense qui surplombe la porte d’entrée.

De retour dans la cour, nous nous trouvons face à la petite chapelle de la maison forte, dont l’intérieur très sobre, sous une voûte d’arêtes, est décoré d’une fresque de Robert Petit-Lorraine, datée de 1991, représentant saint François d’Assise.

 

Villeneuve : le four à pain

Le four à pain

Magali Fléchaire nous entraîne maintenant dans une rue du hameau, pour nous faire voir un bâtiment sombre, semi-enterré, qui abrite un ancien four à pain et un séchoir à viande et nous montrer à distance une des nombreuses « crottes » de la région, ces abris creusés dans le sol pour y conserver des aliments, particulièrement des pommes de terre.
   C’est l’occasion d’évoquer brièvement la vie de la quinzaine d’habitants permanents, dont Magali fait partie, et de mentionner quelques produits de cueillette qui leur apportent un complément de revenus : les myrtilles, les champignons et le lichen des pins sylvestres, utilisé comme fixateur de parfums et vendu 0,50 €/kg.
   L’occasion aussi de nous apprendre que la maison forte fut une dépendance de Cluny avant d’être cédée à l’abbaye Saint-Chaffre du Monastier. Les moines qui l’ont bâtie avaient fait venir des hommes pour mettre en valeur la région alentour. Le moulin de Courbet en dépendait ; aujourd’hui encore, il appartient aux propriétaires de la maison forte.

Le moulin de Courbet

Le moulin de Courbet et la Langougnole

Le moulin de Courbet et la Langougnole

C’est donc très logiquement que nous prenons maintenant la direction du fameux moulin, bien connu de la Sauvegarde dont l’intervention a permis l’obtention d’une aide départementale pour l’étude de faisabilité d’un projet de restauration et de mise en valeur. Cette intervention a déjà fait l’objet d’un article dans notre bulletin n° 4, paru en octobre 2007.

Après 1 km de petite route entre bois et prairies, nous atteignons le fond de vallée où serpente la Langougnole au milieu des « narces », ces prairies marécageuses où pullulaient naguère les grenouilles. C’est là, en contrebas de la route, que se blottit le moulin de Courbet. Réputé contemporain de la maison forte, il a fonctionné jusqu’au milieu du XXe siècle, recevant le seigle et l’orge des villages environnants : Coucouron, Issanlas, Mézeyrac… Le meunier se rémunérait en gardant un dixième de la farine produite.

Moulin de Courbet : Maquette du mécanisme

Maquette du mécanisme du moulin

Le moulin possédait une meule pour la mouture fine et un « plumadou », meule tronconique pour la production d’orge perlée. Dans les derniers temps, il était mû par une roue à augets horizontale qu’actionnait l’eau amenée du ruisseau par une béalière et stockée dans un bassin derrière le moulin, en contre-haut.
  Il ne reste aujourd’hui que de modestes vestiges de l’ancienne machinerie. Par chance, le dernier meunier, aujourd’hui décédé, avait confectionné une maquette précise du mécanisme qui permet d’en mieux comprendre le fonctionnement et peut être une aide précieuse pour sa restauration.

À la fin de la visite, M. Enjolras nous expose les grandes lignes du projet porté par la communauté de communes Entre Loire et Allier, regroupant les huit communes du canton de Coucouron. Il s’agit de créer un espace pédagogique et patrimonial autour du moulin et de remettre ce dernier en état de fonctionner (cf. notre bulletin n° 4). L’étude de faisabilité réalisée par le cabinet Médiéval prévoit à terme 6 000 visiteurs par an. Tout cela, bien sûr, après le rachat du moulin à la famille Bertrand.

La chapelle Saint-Clair

Par beau temps, dix minutes de marche sur un chemin forestier, que l’on devine attrayant, doivent suffire pour aller du moulin de Courbet à la chapelle Saint-Clair. Mais la crainte d’une averse nous fait choisir la solution prudente et banale d’un long détour en voiture.

La chapelle Saint-Clair, commune d’Issanlas, nous est présentée par Bernadette Enjolras, qui ne peut s’appuyer que sur une documentation limitée, un incendie à la cure de Coucouron ayant détruit de précieuses archives il y a un siècle.
   L’édifice actuel, isolé à l’orée des bois, est construit à l’emplacement d’un sanctuaire païen, à proximité de voies romaines passant par Pradelles et Le Pal.

La chapelle Saint-Clair avant restauration

La chapelle Saint-Clair avant restauration

C’est un cube de granite d’allure massive et de dimensions modestes. Une restauration récente a été l’occasion de remplacer l’ancien toit couvert d’herbe par une couverture neuve de tuiles rouges qui nous a paru quelque peu incongrue. À l’intérieur, posée devant l’autel, une statue de bois polychrome, probablement du XVIIIe siècle, représente le saint vénéré en ce lieu, que l’on invoque pour les problèmes de vue et dont le culte est lié à la présence d’une source, réputée efficace dans ce domaine et située à deux cents mètres au sud, en bordure d’une « narce ».
La tradition rapporte que saint Clair était un berger et que sa sépulture est ici, sous la croix en face de la chapelle.  Dépendant jadis de l’abbaye de Mazan, cette chapelle est aujourd’hui le lieu d’un pèlerinage très populaire, le quatrième dimanche de juin.

À l’issue d’une matinée bien remplie et heureusement sans pluie, nous remercions nos hôtes pour leur accueil amical et nous apprêtons à rejoindre une maison qui nous est devenue familière. Au Chaussadis, Marie et Paul Bousquet et leur famille reçoivent notre nombreuse troupe avec leur gentillesse habituelle. L’herbe de la prairie est encore bien mouillée ; c’est donc dans la grande salle qui fut jadis étable qu’ils nous servent l’apéritif et que nous prenons ensuite nos quartiers pour un pique-nique très convivial. Viendra ensuite le temps de monter dans la grange pour écouter l'exposé, largement illustré, de Michel Rouvière sur "Décors et symboles sur les maisons rurales".

Pierre Court