retour accueil

COUCOURON
Église Saint-Martin et la Chapelette

L’église Saint-Martin de Coucouron ne conserve de l’époque romane que son très beau portail sculpté.

On ne sait que peu de choses sur l’histoire de cette église, presque entièrement reconstruite au XIXe siècle. La première mention connue figure dans un acte de mai 1119 du pape Calixte II qui confirme la possession par le monastère vellave de Goudet d'un certain nombre d'églises, dont trois situées en Vivarais, Saint-Martin de Coucouron, Saint-Cirgues-en-Montagne et la chapelle Saint-Philibert (cf note en bas de page). Il faut ensuite attendre 1583, date à laquelle Nicolas de Vesc est chargé par l'évêque de Viviers de visiter les différentes paroisses du diocèse pour lui rendre compte de leur état à la suite des dévastations que beaucoup d'entre elles ont subies au cours des guerres de Religion. Pour Coucouron, Nicolas de Vesc trouve l'église « en bon et deu estat avec les cloches au clocher ». Il note que la population est entièrement catholique.
Par ce même procès-verbal de visite, nous apprenons qu'au xvie siècle, ce sont les chartreux de Villeneuve-lès-Avignon qui nommaient à la cure de Coucouron.

Le portail

Le portail de l'église de Coucouron

Le portail en tuf volcanique rougeâtre et brun s’orne de trois profondes voussures encadrées par une archivolte au riche décor sculpté de motifs aussi étranges que variés : personnages, monstres dévoreurs, sirènes… Un de ces motifs se retrouve sur un chapiteau de l'église de Lespéron, proche de Coucouron. Il s'agit d’un personnage tenant à deux mains un serpent dont la tête arrive au niveau de son menton et qui s'enroule autour de sa jambe droite.
Les voussures reposent sur des colonnettes aux chapiteaux sculptés, dont l’un retient particulièrement l’attention. Il représente une femme mordue aux seins par des serpents, motif généralement interprété comme symbolisant le châtiment de la luxure. On retrouve ce motif en divers autres lieux et notamment, dans la proche région, sur un chapiteau de l’église de Langogne. Quant aux oiseaux qui picorent les oreilles du personnage, sont-ils symboles de la tentation ou de la calomnie ?
Dans son ouvrage « L’architecture des églises romanes du Vivarais », Michel Joly émet l’hypothèse que ce portail pourrait être l’œuvre du même atelier que celui qui a réalisé la façade de l’abbatiale du Monastier Saint-Chaffre, qui n’est pas très éloignée de Coucouron. De cette simple hypothèse relative au style du décor sculpté, on en a quelquefois déduit que l'église de Coucouron était l'œuvre des moines de Saint-Chaffre, ce qui ne peut être le cas, car cette église n'a jamais dépendu de l'abbaye vellave.

Coucouron : la Chapelette

La Chapelette

Dans l'église on peut admirer un Christ en croix de grande taille, admirablement sculpté dans le chêne, œuvre d’art que l’on date du XVIIe  siècle.

La Chapelette

En face de l’église se trouve un petit édifice. tout simple, de pur style roman, datant pense-t-on généralement du XIe siècle, qui est parvenu intact jusqu’à nous. C’est une petite chapelle, dont on dit qu’elle était peut-être le point de départ d’un chemin de croix qui montait jusqu’au sommet de la Laoune, le petit volcan qui domine Coucouron. On l’appelle la « Chapelette » ou encore « Notre-Dame de Pitié ».

Note : Cet acte du pape Calixte II est cité par Isabelle Cartron dans son ouvrage Les pérégrinations de Saint-Philibert (Presses universitaires de Rennes, 2009).
Mais cet auteur situe Coucouron dans le canton de Solignac-sur-Loire en Haute-Loire. Un lieu-dit Coucouron existe bien, en effet, sur la commune de Solignac, mais il ne s'agit que d'un petit hameau qui n'a jamais possédé d'église paroissiale, ni même, semble-t-il, de chapelle.
Pour nous, il ne fait aucun doute que l'église Sancti. Martini Corconensis mentionnée dans l'acte précité soit celle de la paroisse de Coucouron en Vivarais, région dans laquelle le prieuré de Goudet possédait également l'église de Saint-Cirgues-en-Montagne et la chapelle Saint-Philibert, près de Lanarce.
Cf. P. Bousquet, «  Les implantations monastiques de Lavillatte et de Goudet », À la découverte des monastères de la Montagne, Actes du colloque des 2, 3 et 4 septembre 2011, Notre-Dame des Neiges (Saint-Laurent-les-Bains, Ardèche), édition Mémoire d'Ardèche et Temps Présent et Société de Sauvegarde des Monuments anciens de l'Ardèche - 2012.

Paul Bousquet

Détail du portail de l'église de Coucouron Portail de l'église de Coucouron : chapiteau de la luxure Portail de l'église de Coucouron : Détail de l'archivolte Portail de l'église de Coucouron : Détail de l'archivolte Portail de l'église de Coucouron : Détail de l'archivolte Portail de l'église de Coucouron : Détail de l'archivolte

Portail de l'église Saint-Martin de Coucouron

Cliquez sur les motifs de l'archivolte et sur le premier chapiteau à partir de la gauche pour en agrandir les images