retour accueil

L'ACTUALITÉ DU PATRIMOINE EN ARDÈCHE

Pour connaître toutes les activités, conférences, expositions, visites, etc. que nous proposent de nombreuses associations patrimoniales ardéchoises, ainsi que le détail de leurs actions en faveur du patrimoine, ne manquez pas de consuler cette rubrique sur notre page d'accueil.

LES MILLIAIRES DE CRUAS

On pourra trouver sur une autre page de ce site un certain nombre d'informations sur les voies romaines en Ardèche, notamment sur la voie dite des Helviens, ou encore "d'Antonin le Pieux", ainsi que sur les milliaires qui les jalonnaient. Ici, nous n'examinerons que les milliaires découverts à Cruas, particulièrement nombreux, puisqu'au nombre de six.

- Le milliaire XVII d'Antonin

C'est le plus septentrional que l'on connaisse pour la voie des Helviens. Signalé en 1780, il se trouvait alors dans l'église, d'où il a été extrait en novembre 1849 pour être placé à l'extérieur de celle-ci, en bordure de la route nationale. Actuellement, il se trouve encore tout près de cette route, à l'angle du mur qui longe les côtés ouest et nord de l'abbatiale.

Cruas - Le milliaire nord XVII Cruas - Le milliaire nord XVII

Cruas - Le milliaire nord XVII

L'inscription gravée sur ce milliaire est entièrement lisible. En voici la transcription : (R. Rebuffat, Visite..., p. 25.)

  IMP CAES
T AELIO HADR
AVG ANTON
PIO P P
TRIB POT VII
COS IIII
M P XVII
imperatore caesare
tito aelio hadriano
augusto antonino
pio patre patriae
tribuniciae potestatis VII
consule IIII
millia passuum XVII

ce qui se traduit par : « À l'empereur césar Titus Aelius Hadrianus auguste Antonin le Pieux, père de la patrie, revêtu de la puissance tribunicienne pour la septième fois, quatre fois consul, dix-sept mille pas.»
    R. Rebuffat (ibid. p. 10) explique ainsi cette dédicace qu'on retrouve, à quelques variantes près, sur tous les milliaires d'Antonin :
« L'empereur césar est Antonin le Pieux (138-161). Il s'appelle officiellement titus aelius hadrianus (car il est le fils adoptif d'Hadrien) antoninus. Il est auguste, titre de l'empereur régnant, pieux, père de la patrie. Les empereurs romains comptent leurs années de règne par le renouvellement de leur puissance tribunicienne (ce pouvoir de veto, héritage de la république romaine, les rend également inviolables ; conféré à vie, il est cependant renouvelé chaque année.) En revanche, ils ne sont généralement pas consuls tous les ans. Ces renseignements datent l'inscription du début de l'année 145.»

- Le milliaire XVI d'Antonin

C'est également un milliaire d'Antonin. Il a été trouvé en 1925 par Louis Montméan dans son jardin, situé près du mur méridional de l'abbatiale. Il est en attente depuis 1991 aux abords de celle-ci.

- Le milliaire XV de Maximien (trouvé à Cruas, actuellement à Alba) et le milliaire XV (?) d'Antonin

Cruas : Milliaire d'Antonin trouvé en 1999 au chevet de l'église, peut-être le XV.

Milliaire d'Antonin trouvé en 1999 au chevet de l'église, peut-être le XV.

Un milliaire XV a été découvert « en mai 1979, au sud de Cruas, au cours de travaux de terrassement exécutés pour le compte de la Société des Ciments Français, à quelques mètres du ravin de Ferrand, et près de la voie ferrée.» (R. Lauxerois). La dédicace est à l'empereur Maximien Hercule (285-305). Ce milliaire se trouve actuellement au Centre de Documentation archéologique d'Alba.

Un milliaire d'Antonin a encore été trouvé récemment (avril 1999) à Cruas, lors des travaux de dégagement de la base du chevet de l'abbatiale. Il se trouvait sous la chapelle rajoutée au XVIe siècle et ultérieurement transformée en sacristie. On ignore depuis quand il se trouvait là, mais sûrement antérieurement à la construction de la chapelle. Malheureusement incomplet, il lui manque la partie inférieure qui portait l'indication du nombre de milles. Ce pourrait être le XIII ou le XV, plutôt le XV selon Jean Bouvier. (communication particulière).

- Le milliaire XIV d'Antonin et le milliaire XIIII de Constantin

Deux milliaires ont été trouvés en même temps et presque au même endroit, en 1875 ou 1876, lors de la construction de la voie ferrée, à son passage du ravin de Ferrand, immédiatement au sud de Cruas.

L'un d'eux est un milliaire d'Antonin ; il est amputé de sa base et l'on ne peut pas lire le nombre de milles, seul le chiffre V est apparent. Mais l'autre qui a été découvert en même temps portant le nombre XIIII, parfaitement lisible, le premier est sans conteste le milliaire d'Antonin XIV. Il est actuellement entreposé à l'extérieur, près du portail de l'église.

Le second de ces milliaires, qui se trouve maintenant dans la crypte de l'abbatiale, est très différent. Il se présente sous la forme d'une petite colonne en calcaire, avec astragale, mesurant seulement 66 cm de hauteur. Il est dédicacé à l'empereur Constantin César et date de 306-307. Le nombre de milles est XIIII.

Cruas : le milliaire XIV d'Antonin Cruas : le milliaire XIIII de Constantin

CRUAS
À gauche, le milliaire XIV d'Antonin :
On distingue bien en bas le chiffre V qui est le seul qui reste du nombre XIV. On peut lire aussi une partie de la dédicace : CAES, HADR, ANTON (remarquer la ligature du N et du T), le VII (surligné) de POT VII (7e puissance tribunicienne) et le IV (également surligné) de COS IV (4e consulat).

À droite, le milliaire XIIII de Constantin :
C'est parce qu'il a été trouvé au même endroit que le précédent qu'on peut être sûr que celui d'Antonin indique aussi quatorze mille pas.

Ce sont donc en tout six milliaires qui ont été trouvés à Cruas ou à ses abords immédiats, quatre d'Antonin (XVII, XVI, XIV et sans doute XV), un de Constantin (XIIII) et un de Maximien (XV). Seul ce dernier n'est pas resté sur place, mais a été transporté au Centre de Documentation archéologique d'Alba.

Bibliographie

  • REBUFFAT R. et alii. Visite à la voie romaine des Helviens, Le Teil, Les Amis de Mélas et du Patrimoine, 1994.

Une étude plus détaillée des milliaires d'Antonin se trouve dans :
   - NAPOLI J. et REBUFFAT R. « Les milliaires ardéchois d'Antonin le Pieux », Gallia, XLIX, 1992, p. 51-79.

    Pour ce qui concerne les milliaires de Cruas, nous tenons à remercier très vivement M. Jean BOUVIER pour le temps qu'il nous a consacré sur place et pour la communication particulière très détaillée et très documentée qu'il nous a fait parvenir. Il nous a permis d'y voir plus clair sur le sujet...

 

Paul Bousquet