retour accueil

ÉGLISE DE MARIAC

Le petit village de Mariac et son église Saint-Étienne s'accrochent à la colline au-dessus de la rivière Dorne, à quelques kilomètres en amont du Cheylard.
Il s'agit d'une implantation très ancienne, puisqu'il y avait déjà là une viguerie carolingienne, puis, à partir du XIe siècle, un prieuré de l'abbaye Saint-Chaffre du Monastier. Mais l'église romane primitive a fait place au XVe siècle à celle que nous voyons aujourd'hui avec son clocher-porche sur archivoltes ogivales et cloches apparentes dans leurs arcades selon un type fréquent en Velay et Vivarais.

Église de Mariac

L'église de Mariac . Au fond, à droite, la vallée de la Dorne.

 La voûte de la nef, ruinée au cours des guerres civiles, ne fut remontée qu'au début du XVIIIe siècle en simple berceau au lieu des croisées d'ogives dont seules subsistent les amorces près des arcs doubleaux. Aucun travail de consolidation ou de présentation ne fut entrepris avant 1962 lorsque l'apparition d'une fissure dans le mur supérieur de la sacristie accolée à la nef, contraignit de l'abattre d'urgence ; on notait d'autre part de graves désordres dans la tribune ainsi que dans la charpente et la couverture de tuiles.

Église de Mariac : le clocher-porche

Le clocher porche

Église de Mariac : le chevet

Le chevet

De longue date, cette vieille église accrochée à la colline était peu accessible, si bien qu'au début du XIXe siècle une nouvelle agglomération s'est développée au fond de la vallée sur les bords de la Dorne, assez importante pour justifier l'édification d'une nouvelle église. Ainsi naquit le nouveau centre de Pont-de-Fromentières dépendant toujours de la commune de Mariac, laquelle avec ses 775 habitants* se trouve avoir deux églises à entretenir. La réfection simultanée des deux toitures a contraint la municipalité à contracter la lourde charge d'un emprunt mais, sous l'impulsion de son maire et de son curé, la population a accepté d'aller plus loin dans la rénovation intérieure de sa vieille église qui symbolise l'âme et l'histoire du pays.

On procéda d'abord à l'enlèvement de la tribune, vétuste et inutilisable, puis au déplacement du grand et très beau retable en bois sculpté, peint et doré, qui masquait dans l'abside les beaux ébrasements des fenêtres. Il a été remonté le long du mur nu du fond de la nef. L'autel, dont la pierre chanfreinée servait de support au rétable, a été remonté plus en avant dans le choeur.

Église de Mariac : le chœur

Le chœur de l'église de Mariac... "un très beau morceau d'architecture" (J. Oisel)

Le piquetage de la voûte a permis de découvrir sous les enduits grossiers un bel appareil de pierres tandis que la démolition de la partie supérieure instable de la sacristie a dégagé une fenêtre du XVe siècle à double ébrasement qui avait été aveuglée par cette construction adventice. Le piquetage des enduits latéraux a fait réapparaître la "litre" funéraire qui faisait le tour de l'église avec les interruptions ménagées pour accrocher des blasons peints, lors des cérémonies.

L'enlèvement des retables en plâtre et des médiocres autels du XIXe siècle des deux absidioles ainsi que le dégagement des voussures fort belles encadrant les ébrasernents, la réfection et l'aménagement du dallage du chœur dans lequel avaient été incluses deux anciennes tables d'autels latéraux, la mise en place définitive du maître-autel sur un double enmarchement réalisé avec d'anciennes dalles récupérées, enfin la suppression de la table de communion qui rompait la pureté des lignes de l'église, tout cela fait du chœur de Mariac un très beau morceau d'architecture. Des vitraux en dalles de verre serties dans du ciment ont été fournis par les ateliers de Saint-Benoît-sur-Loire.

Le financement de ces travaux a incombé en grande partie à la Commune, aidée par le Conseil général, les paroissiens et par la "Sauvegarde".

Ajoutons que Mariac a conservé, attenant à son ancienne église, le Prieuré avec sa cheminée à hotte et ses fenêtres à meneaux du XVe siècle, ainsi que, indépendant du Prieuré, le bâtiment de la Cure affecté selon la tradition bénédictine au desservant à portion congrue. La visite de ce remarquable ensemble caché et peu accessible a été pour nos membres une véritable révélation.

D'après les comptes rendus des visites du 21 mai 1978 et du 21 mai 1990.
L'église de Mariac a été de nouveau visitée par la "Sauvegarde" le 29 mars 2007, la présentation en étant faite par le père Michel Extra.