retour accueil

ROCHECOLOMBE

Le 4 août 2006 a eu lieu l'inauguration de la restauraton du site médiéval de Rochecolombe, travaux auxquels la Sauvegarde a apporté son concours.
Outre quelques clichés pris au cours de cette cérémonie, nous saisissons cette occasion pour publier ci-dessous le compte rendu d'une visite de ce site faite par la Sauvegarde en 1975, ainsi qu'une présentation plus détaillée de la chapelle Saint-Barthélemy.

Rochecolombe : Inauguration des travaux de restauration du village médiéval
Rochecolombe : Inauguration des travaux de restauration du village médiéval
Rochecolombe : Inauguration des travaux de restauration du village médiéval

M. G. Delubac, président de la Société de Sauvegarde des Monuments anciens de l'Ardèche (à droite), en conversation avec M. Gimond.

Rochecolombe : Inauguration des travaux de restauration du village médiéval

On reconnaît ici Mme Labrot, maire de Rochecolombe, M. Pouzache (1er à partir de la gauche), M. Gaillard, conseiller général (2e à partir de la gauche)

Rochecolombe : Inauguration des travaux de restauration du village médiéval
Rochecolombe : Chapelle Saint-Barthélemy et vestiges d'une tour

Inauguration de la restauration du site médiéval de Rochecolombe (4 août 2006)

Les photographies de la cérémonie d'inauguration sont de Michel Rouvière

VISITE DE ROCHECOLOMBE PAR LA SAUVEGARDE (1975)

La première sortie de l'année a de nouveau connu un grand succès tant du fait de la clémence du temps que du nombre très élevé de participants et de l'intérêt des sites visités.

Le site du village médiéval de Rochecolombe

Le site de Rochecolombe

Le vieux village abandonné s'étale sur une pente raide que domine un vestige de donjon jouxtant la chapelle Saint-Barthélemy intacte, dans laquelle se sont réunis l'an passé cent quatre-vingt-dix membres de la famille de Vogüé venus des quatre coins de France. Elle servit d'église paroissiale jusqu'en 1847 après avoir subi plusieurs agrandissements, le plus récent formant la travée où donne la porte d'accès datée de 1830 ; la travée suivante est couverte d'une voûte d'arête assez grossière. Au fond, une étroite fenêtre romane très ancienne.  La paroi de gauche est, jusqu'à mi-hauteur, constituée directement par le rocher. À droite du choeur, une chapelle voûtée sur croisée d'ogives flanquée d'une seconde chapelle voûtée en berceau.*

Village médiéval de Rochecolombe, la chapelle Saint-Barthélemy

La chapelle Saint-Barthélemy

À l'angle de la première, creusé dans le roc, un caveau dans lequel furent ensevelis de nombreux membres de la famille. On lit sur la dalle : « Ici reposent Jean de Vogüé mort en 1552 et son fils Guillaume en 1602, précédés de douze générations de chevaliers », ce qui ferait remonter au début du XIIIe siècle l'origine de la famille. Guillaume joua un rôle très important en Vivarais au cours de la seconde moitié du XVIe siècle et son petit-fils Balthazar fut même Chevalier de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem.
On voyait jadis, encastrés dans les murs, le blason des Vogüé figurant un coq, un petit édicule de pierre appelé la monstrance de saint Barthélemy et sous la fenêtre de droite le bas-relief des douze apôtres. Ces trois éléments architecturaux ont été prudemment, en dépit des regrets de la population, transférés et remontés dans l'oratoire restauré du château de Vogüé où leur surveillance est plus aisée ; (on avait en effet déjà volé la cloche de l'élégant campanile à trois arcatures qui surmonte la chapelle.)
À noter encore une belle ouverture cintrée faisant communiquer les deux chapelles latérales. Une petite sacristie voûtée possède une fenêtre d'où la vue est impressionnante sur le village ruiné dévalant sur la pente jusqu'au fond de la combe où quelques maisons ont déjà été l'objet d'heureuses restaurations.

Du château qui le dominait ne subsiste qu'un pan du donjon hexagonal et de profondes cavités taillées dans le roc : étaient-ce des caves ? des citernes ? ou même un fossé défensif ? Tout près, une maison était encore, voici quatre-vingts ans, la demeure du sacristain. On remarque encore un petit enclos carré, vestige d'un ancien cimetière désaffecté en 1850. Le vieux village était encore habité jusqu'en 1914 et ne comportait plus, voici quelques années, qu'un seul habitant, un original vivant de l'élevage des escargots et de la recherche des truffes. Il subsiste des vestiges d'éléments défensifs : murailles, une porte ogivale et de petites tours qui se désagrègent chaque jour un peu plus.

La combe est fermée par une haute falaise calcaire érodée au pied de laquelle sourdent deux sources vauclusiennes. La plus importante a été captée pour l'alimentation du village actuel de Rochecolombe sis un kilomètre en aval. Jadis un aqueduc en bois supporté par un alignement de massifs piliers de maçonnerie qui subsistent encore, drainait les eaux vers un moulin à huile à demi ruiné aujourd'hui. Des ponceaux en dos d'âne franchissent le ruisseau, un sentier rustique permet d'atteindre le fond du cirque rocheux d'où la vue sur les ruines du village est la plus saisissante.

Plan de la chapelle

CHAPELLE SAINT-BARTHéLEMY

La chapelle de l’ancien village castral de Rochecolombe date du xiiie siècle pour sa partie la plus ancienne, mais les agrandissements qu’elle a connus au xvie, puis au xixe siècle, ne facilitent pas la lecture de son plan actuel.
La chapelle primitive, orientée, était formée d’une petite nef en partie taillée dans le roc et d’une abside à fond plat, car construite au bord de la falaise. La partie occidentale, c’est-à-dire l’ancienne nef, forme le chœur du sanctuaire actuel ; elle est couverte d’une voûte d’arêtes de facture très rustique et a conservé une belle fenêtre romane malheureusement obturée par la construction d’une sacristie au xixe siècle. L’ancienne abside, à l’est, a été décorée d’une très belle croisée d’ogives, car elle est devenue la chapelle funéraire de la famille de Vogüé dont le caveau est creusé dans le roc.
Au xvie siècle, on a ajouté une deuxième nef parallèle à la première, voûtée en berceau ; c’est de cette époque que daterait aussi le campanile percé de quatre baies en plein cintre. Enfin, au xixe siècle, on rajouta encore une nef dotée d’une tribune, orientée cette fois-ci nord-sud, donc perpendiculaire aux précédentes ; c’est par là que l’on pénètre maintenant dans l’édifice.

intérieur de la chapelle - le choeœur

Chœur de la chapelle actuelle,
ancienne nef de celle du xiiie siècle

Chapelle funéraire des Vogüé

Chapelle funéraire des Vogüé,
ancien choeur de la chapelle du xiiie siècle

Voûte de la chapelle funéraire des Vogüé

Voûte de la chapelle des Vogüé