retour accueil

SOYONS
Première partie : Site archéologique, grottes, musée
Deuxième partie : L'église

vue aérienne

Vue aérienne du site archéologique de Soyons

I- SITE ARCHÉOLOGIQUE, GROTTES, MUSÉE

Un site naturel et patrimonial exceptionnel

Le village de Soyons est situé dans la moyenne vallée du Rhône, à 6 km au sud-ouest de Valence et 32 km au nord-est de Privas. Située en bordure du Rhône, cette commune est adossée à des massifs calcaires dominant la vallée du Rhône de 110 mètres à près de 250 mètres d’altitude.

Ce village possède un patrimoine naturel et archéologique remarquable. Le site archéologique de Soyons, toutes périodes confondues, couvre environ 30 hectares. L’occupation humaine est continue géographiquement sur cette zone depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge, mais ressort de plusieurs phases chronologiques. Il a donc livré une quantité importante de mobilier archéologique et des données scientifiques essentielles à la connaissance des populations préhistoriques et historiques. Cependant son potentiel archéologique reste considérable puisque seuls des sondages ou des fouilles non exhaustives ont été réalisés.

Sur le massif de Guercy, dès 1870, un ensemble exceptionnel de cavités a été découvert et a livré des traces d’occupation du Paléolithique Moyen. Ces grottes ont été utilisées comme habitats / haltes de chasse par les hommes de Néandertal ; elles ont été occupées par l’homme en alternance avec des grands prédateurs.
L’Homo Sapiens a succédé à Néandertal avec des habitats de plein air et deux aires de dépeçage de mammouths, au quartier des Lèches.
Différentes populations néolithiques vont ensuite s’installer à Soyons. Au Chalcolithique notamment, l’homme enterre ses morts dans les grottes sépulcrales (Grotte des Enfants, Trou Roland) et sous tumulus, tel celui du massif d’Aurouze.
Les Âges du Bronze et du Fer sont également attestés sur le site de la Brégoule. Pour le deuxième Âge du Fer, un oppidum gaulois a été mis en évidence sur le massif de Malpas : le peuple des Ségovellauniens y vénère la déesse Soïo, divinité qui a donné son nom au village.
Un habitat groupé semble se pérenniser à l’époque romaine sous le village actuel sous la forme d’une agglomération secondaire, alors que les coteaux, de Jaulan à Geny, sont occupés par des structures diffuses agricoles.
À la fin de l’Antiquité, l’occupation regagne le plateau de Malpas, autour du centre religieux de la Chapelle Saint-Gervais, puis une abbaye s’établit sur l’emplacement du village. Enfin ce n’est que tardivement, au cours du xiiie siècle que sera construit le château enserrant le plateau de Malpas. Les guerres de Religion verront la ville assiégée et détruite à plusieurs reprises.

Historique des recherches archéologiques soyonnaises

Le tableau ci-dessous tente de récapituler les informations concernant toutes les recherches archéologiques réalisées sur la commune de Soyons.

Date Localisation Datation Responsable scientifique
1848 Plateau de Malpas
Découverte de l’autel de la déesse Soïo
Période gallo-romaine  
1870 Découverte et fouilles de cinq grottes dans le massif de Guercy : grotte de Néron, la grotte des Enfants, le Trou du Renard, le Trou du Mouton, le Trou Roland Paléolithique
Néolithique
Âge des Métaux
Vicomte Lepic et Jules de Lubac
1915 à 1919,
1930
1948
1950

1990 et 1991
Fouilles dans la grotte de Néron



Sauvetage urgent et sondage dans la grotte de Néron
Paléolithique G. Goury
E. Beaux
A. Blanc
J. Combier, Veyrier, E. Beaux
A. Defleur
1956, 1958, 1959 Sondages et fouilles sur le massif de Malpas Néolithique au Moyen Âge A. Blanc et P. Vallette
A. Blanc et J.J. Hatt
1958 Fouilles du Tumulus du Serre d’Aurouze Âge du Cuivre A. Blanc
1967-1968

1973 à 1974
Découverte et sondage dans le
Réseau Double Borne (Trou du Renard)
Sondages dans le Réseau Double Borne
Paléolithique J.E. et J.L. Brochier
Dr Martin
1972 à 1974
1976 à 1982
1991 à 2002
Découverte, sondages et fouilles de l’Abri Moula Paléolithique
Néolithique
Club Crouzet Valence :
R. Barbut puis P. Payen, A. Defleur
1980,
1982à 1985,
1989 à 1990,
2001
Fouilles sur le site de la Brégoule Mésolithique au Moyen Âge Dumazel
A. Beeching
G. Dal Pra
1981 Fouilles sortie sud du village Période gallo-romaine et médiévale G. Dal Pra
1982 Ramassage sur le site de Jaulan Paléolithique sup. G. Dal Pra
1982

2002
Sondage aux Freydières

Diagnostic aux Freydières
Néolithique, période protohistorique et gallo-romaine Peloux

E. Ferber
1983 Fouilles dans le village, la cour Dumazel Période gallo-romaine et médiévale G. Dal Pra
1984 Sauvetage urgent au quartier du Bas-Guercy Néolithique G. Dal Pra
1985 à 1986 Sauvetage urgent au quartier des Lèches Paléolithique G. Dal Pra
1989 et 1991 Découverte et sondage du Réseau Ursus Paléolithique G. Dal Pra
1992 Sauvetage urgent dans le village, le garage Crouzet Période gallo-romaine G. Dal Pra
1993 Dégagement d’éboulis dans le Trou du Renard accédant à l’Abri Moula   G. Dal Pra
1992 et 1993 Ramassages urgents à l’emplacement de la Mairie Néolithique
Âge du Fer
G. Dal Pra
1996 Sondages dans le village, la cave Valette Période gallo-romaine G. Dal Pra
1996 et 1997 Fouilles dans le village, maison Servanton Période gallo-romaine et médiévale G. Dal Pra
1997 Prospections dans le village Période gallo-romaine G. Dal Pra
1997

2001
Sondages dans l’église (ou chapelle ?) Saint-Gervais, massif de Malpas
Fouilles dans l’église (ou chapelle ?) St Gervais
  G. Dal Pra, O. Darnaud et J.C. Courtial
2000 Découverte d’un site : les Terrasses du Rhône Paléolithique supérieur G. Dal Pra
2003 Diagnostic à Geny Bas-Empire E. Ferber
2005 Diagnostic Place des Ecoles Période gallo-romaine et médiévale  

Les lieux de visite

Les grottes

Les grottes de Soyons occupent la façade est du massif de Guercy. En l’état actuel des connaissances, sept cavités sont connues : la grotte de Néron, la grotte des Enfants, l’Abri Moula, la grotte de la Madeleine, le Trou du Renard, le Trou du Mouton, le Trou Roland.

Des recherches récentes réalisées dans certaines grottes ont permis de faire des découvertes majeures, notamment des restes humains néandertaliens portant des traces de décarnisation, un gisement paléontologique comprenant ours, hyènes, lions des cavernes… et des réseaux à concrétions.

Actuellement deux grottes préhistoriques et à concrétions sont aménagées et ouvertes au public : la grotte de Néron et le Trou du Renard. Un sentier botanique nous conduit jusqu’aux cavités, mais avant d’arriver au porche de la première grotte, notre regard est attiré par la beauté de l’environnement naturel et le magnifique panorama sur la vallée du Rhône et le Vercors.

Scène de vie néandertalienne

évocation d'une scène de vie néandertalienne - Grotte de Néron

Voyage au cœur de la Préhistoire : La grotte de Néron

La grotte de Néron, classée Monument historique par arrêté du 7 octobre 1965, fut aménagée et ouverte au public en 1999. Elle illustre l’univers préhistorique à l’aide de reconstitutions d’hommes de Néandertal autour d’un foyer et des prédateurs qui vivaient à leurs côtés, tels que l’ours, le lion et la hyène des cavernes.
Un espace dans cette cavité est réservé à la présentation de restes osseux et d’outillage lithique. Une aire d’initiation à la fouille préhistorique est aménagée pour les enfants à l’entrée de la grotte.

La grotte à concrétions : Le Trou du Renard

La grotte « Le Trou du Renard » fut aménagée et ouverte au public en 1989. Elle nous plonge dans le monde souterrain et permet d’accéder à un splendide réseau de concrétions de calcaire : les eaux d’infiltration dans le massif ont sculpté cette grotte et lui ont laissé un décor féerique de stalagmites, stalactites, draperies, colonnes…

Grotte du Trou du Renard

Le Trou du Renard

Le musée archéologique

Labellisé « musée de France », ce musée de site présente les collections qui sont le résultat de fouilles réalisées à Soyons et dans les environs ; il retrace l’occupation humaine locale depuis le Paléolithique Moyen avec l’homme de Néandertal jusqu’au Moyen Âge, à savoir la destruction de la ville médiévale soyonnaise.
En 1956, un dépôt municipal de fouilles de 25 m² a vu le jour au cœur du village afin de recueillir le mobilier archéologique découvert à Soyons. Ce dépôt fut créé sous l’impulsion de M. Dumazel, maire de Soyons, la Société Linnéenne de Valence avec M. Vallette et M. Blanc et l’association des « Amis du vieux Soyons ». Ce dépôt était installé place de la déesse Soïo, dans la salle Néolithique de l’actuel musée.
Rapidement ce dépôt-musée ne suffisait plus à contenir les découvertes nouvelles et la donation de l’importante collection de M. Beaux par sa veuve. Il fut agrandi en 1976 d’une nouvelle salle de 20 m² grâce à la commune de Soyons et l’association des « Amis du vieux Soyons ».
L’apport continuel de mobilier issu des fouilles a entraîné le projet de réaménagement et d’agrandissement du bâtiment réalisé par M. Dal Pra. L’actuel musée municipal fut ainsi inauguré en avril 1987.

Le musée comprend aujourd’hui quatre salles d'exposition permanente disposées sur deux niveaux : à l’étage sont aménagées les collections sur la Préhistoire et au rez-de-chaussée les collections protohistoriques et historiques. Le visiteur suit ainsi l'évolution de l'homme et de ses activités, la faune, le climat… selon un parcours chronologique et didactique. Les objets présentés sont exceptionnels, tels le squelette partiel d’un mammouth, un outillage lithique du Paléolithique Moyen et Supérieur remarquable, des séries céramiques de référence pour le Néolithique, les médaillons d’appliques et leurs moules gallo-romains, l’autel à sacrifice dédié à la déesse Soïo, une mosaïque gallo-romaine…

Crâne d'ours des cavernes

Crâne d'ours des cavernes

Sépulture d'un enfant

Sépulture d'un enfant de 4 ans


Site de la Brégoule

Le site de la Brégoule

Le site de la Brégoule

Situé au pied du versant nord du plateau de Malpas, le site de la Brégoule est un chantier archéologique conservé in situ. Ce site atteste de l’occupation humaine continue du Mésolithique jusqu’au début du Moyen Âge : la stratigraphie représente environ sept mètres de puissance.
Il fut découvert lors de travaux d’agrandissement de l’école primaire en 1980. Des opérations archéologiques débutèrent, mais finalement seuls des sondages y ont été réalisés pour une connaissance générale du site.
Un bâtiment fut construit en 1990 afin de protéger les vestiges et une aire d’initiation à la fouille pour les enfants aménagée.

La Tour Penchée

Inscrite à l’inventaire des Monuments historiques par arrêté du 31 mai 1927, la Tour Penchée est l’unique vestige des fortifications médiévales du plateau de Malpas.
Ce massif de Malpas, éminence calcaire de 218 mètres d’altitude, domine le village de Soyons. Depuis ce massif, les randonneurs ont un point d’observation remarquable sur la vallée du Rhône, les massifs du Vercors à l’est, le massif du Ventoux au sud…

La tour pench´┐Że

La « Tour Penchée » et vue sur la vallée du Rhône

L’histoire de ce massif est liée à une succession d’occupation et d’abandon par l’homme. Tout d’abord ont été constatées des phases successives d’habitats de populations protohistoriques, leurs premières traces apparaissant aux alentours du viie siècle avant notre ère. Le peuple des Segovellauni installe sur ce plateau de Malpas son oppidum, un habitat fortifié qui va subir plusieurs destructions et reconstructions.
Durant le Moyen Âge, les populations réinvestissent le Malpas. Au xiiie siècle, le plateau et le village en contrebas sont dotés de fortifications.
Au cours des guerres de Religion, le massif et le village ont été l’objet de plusieurs sièges et destructions. La ruine complète du village médiéval et des fortifications eut lieu à l’issue du siège d’avril 1629.

Actuellement ne subsistent que quelques vestiges des remparts médiévaux et la « Tour Penchée » située sur le point le plus élevé du plateau.

Nathalie Derym
Conservatrice du musée de Soyons

Photographies : musée de Soyons

Informations pratiques

Musée archéologique

Place de la déesse Soïo
07130 SOYONS

Les grottes de Soyons

RD 86, sortie sud du village
07130 SOYONS
Tél.: 04.75.60.88.86 - e-mail : musee@soyons.fr
Internet : www.soyons.fr

Horaires d'ouverture des grottes et du musée

Du 1er avril au 31 octobre : du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Juillet et août : tous les jours de 10h à 19h
Vacances de février, Toussaint et Noël : nous consulter.
Dernière visite guidée des grottes : départ 1h avant la fermeture.

II - L'ÉGLISE

Une épitaphe découverte en 1975 dans le sol de l’église de Soyons atteste l’existence en ce lieu d’un sanctuaire chrétien dès le second quart du vie siècle.

l'église

Au viiie siècle, une abbaye y fut fondée par les religieuses de N.-D. du Rhône de Viviers qui fuyaient leur monastère détruit par les invasions sarrasines. Elles y apportaient les reliques de leur fondateur, l’évêque saint Venance. Cette abbaye, malgré de nombreux avatars, perdura jusqu’aux guerres de Religion. À un sanctuaire carolingien certainement important succéda une église romane dont subsistent notamment les trois absides soigneusement construites en appareil moyen de grès fin.

Mais les transformations qui, au xixe siècle, ont défiguré tant de nos édifices romans ne l’ont pas épargnée et ont même été particulièrement radicales. En effet, pour des raisons de commodité d’accès sans doute, on en a inversé le plan. L’abside centrale a été carrément éventrée pour créer un nouveau portail que l’on a surmonté d’un imposant clocher rectangulaire, tandis qu’un nouveau chevet était créé à l’extrémité occidentale du bâtiment.
Mais l’intérêt de l’église de Soyons est dû pour beaucoup au fait qu’on y a découvert, à l’occasion de travaux de restauration, et qu’on y conserve de nombreux fragments sculptés d’époque carolingienne. Au nombre de dix-huit, ces fragments qui proviennent d’un chancel avec baldaquin forment l’un des ensembles les plus importants du sud de la France qui, selon Micheline Buis1, offre un double intérêt, d’abord celui de comporter « un échantillonnage presque complet des motifs de la sculpture à entrelacs carolingienne », ensuite celui de présenter un rare fragment d’arc de baldaquin, « à ce jour le seul connu dans le sud de la France ».

Fragment d'un arc de baldaquin

Fragment d'un arc de baldaquin

Selon Robert Saint-Jean2, « la richesse, la diversité et le caractère soigné des entrelacs de Soyons, que l’on date de la première moitié du ixe siècle, sont certainement à mettre en relation avec l’importance de l’abbaye à l’époque carolingienne et surtout à la présence du tombeau de saint Venance dans le sanctuaire ».

Paul Bousquet


Fragment de plaque de chancel

Extrêmité de pilier ou fragment de plaque de chancel

Fragment de pilier

Fragment de pilier

Extrêmité d'un pilier de chancel

Extrêmité d'un pilier


Fragment de plaque de chancel Fragment de plaque de chancel

Fragments de plaques de chancel