retour accueil

SAINT-LAURENT-SOUS-COIRON
Restauration et mise en valeur du patrimoine communal

Le village de Saint-Laurent-sous-Coiron est perché sur un plateau basaltique sur le rebord sud-est du massif du Coiron. Sa situation privilégiée offre une remarquable vue sur Mirabel, facilement reconnaissable à sa haute tour carrée du XIIIe siècle. Autrefois ceinturé d’un rempart dont il reste quelques éléments architecturaux, le village est dominé par les vestiges du château et, en contrebas, par l’église paroissiale qui a intégré un joli portail roman.

Saint-Laurent-sous-Coiron, vestiges du bâtiment castral

Bâtiment castral

Saint-Laurent-sous-Coiron, vestiges du rempart

Rempart

La municipalité de Saint-Laurent-sous-Coiron souhaite apporter une variante au sentier pédestre qui évite actuellement le village intra-muros, en favorisant un nouveau parcours dans ses rues. Ce parcours devrait à terme permettre la découverte du site du château médiéval, de l’église et de la porte dite « est » du village (elle est en fait à l’ouest !). Les vestiges du bâtiment castral du XIIIe siècle, sur le site du château, feront ultérieurement l’objet d’une consolidation et d’un aménagement. La porte ouest fait aujourd’hui l’objet d’une première phase de travaux et doit être consolidée. Notons qu’une autre porte s’élevait à l’est du village mais que celle-ci s’est effondrée faute d’intervention visant à sa sauvegarde.
Le château a fait l’objet d’une notice par Pierre-Yves Laffont publiée dans son Atlas (Laffont Pierre-Yves. Atlas des châteaux du Vivarais (Xe-XIIIe siècles), DARA, Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l'archéologie en Rhône-Alpes, 2004.) : 
Les vestiges d’un bâtiment quadrangulaire peuvent être datés de la fin du XIIe ou plus sûrement du XIIIe siècle. La construction s’élevait au moins sur deux niveaux en parements de basalte. Les chaînages d’angle et les encadrements d’ouvertures ont été taillés dans le calcaire. Au nord, une porte en plein cintre était surmontée d’une ouverture à fort ébrasement.

Saint-Laurent-sous-Coiron, l'église Saint-Laurent-sous-Coiron, portail roman de l'église

Une église Saint-Laurent est mentionnée à la fin du VIIe siècle mais il ne reste bien entendu aucun vestige de cette première installation. L’église paroissiale qui s’élève aujourd’hui présente de prime abord peu d’intérêt patrimonial si ce n’est le portail roman qu’elle a conservé. Construit en calcaire blanc, son ouverture en plein cintre à trois rouleaux est entourée de deux colonnes dont l’une supporte un chapiteau antiquisant qui mériterait qu’on s’y attarde.
Enfin, la porte du village s’élève dans un décrochement du rempart. L’architecture est rudimentaire et aucun élément stylistique ne permet d’avancer une datation absolue sans avoir recours aux archives.

Saint-Laurent-sous-Coiron, porte du village

La porte vue du haut

Caractéristique des constructions de la région du Coiron, les élévations sont en moellons de basalte à assises irrégulières et les éléments taillés sont en calcaire blanc (piédroits et cintre de la porte face sud), créant ainsi un fort contraste noir/blanc. L'élévation de la face sud a fait l’objet d’une attention particulière puisque le maître d’ouvrage a réalisé une assise en calcaire blanc à environ 2,50 m du sol actuel. Le cintre est surmonté de deux pierres taillées en calcaire qui font penser aux vestiges d’un aménagement défensif de type corbeau de hourdage. Seule une étude plus approfondie des parements et des joints pourrait confirmer cette hypothèse.

   Large de 1,76 m et haute de 2,88 m (par rapport au niveau de sol actuel) et débouchant côté nord sur un chemin étroit et abrupt, la porte était certainement à usage piéton. La voûte en arc segmentaire est faite de moellons équarris posés de chant et liés au mortier. Le parement de la porte est harpé1 avec le rempart : leur construction est donc contemporaine. Côté est, la porte se poursuivait derrière le mur de soutènement d’un jardin en terrasse postérieur à la porte.

Saint-Laurent-sous-Coiron, porte du village Saint-Laurent-sous-Coiron, étude archéologique de la porte du village

Porte d'entrée est du village. Croquis d'après photographie redressée. Les moellons calcaires sont marqués d'un "C".
Relevé Marion Charlet, avril 2007.

1- Un appareil harpé : se dit d'un mur dont l'appareil est construit en harpe, superposition d'éléments dont le milieu est au même aplomb et dont les têtes sont alternativement courtes et longues.

Marion CHARLET

chapiteau du porche chapiteau du porche

Chapiteaux du porche roman