retour accueil

ÉGLISE DE SAINT-MAURICE-D'ARDÈCHE
(Visite du 14 mars 2013)

village de st Maurice d'Ardèche

Le village de Saint-Maurice-d'Ardèche (cliché Michel Rouvière)

Groupé sur un promontoire autour de son église, le village de Saint-Maurice-d’Ardèche, autrefois Saint-Maurice-Terlin, bien situé sur les premières pentes au-dessus de la rivière, domine les terres fertiles où autrefois était cultivé le lin.
Nous sommes accueillis dans l’église par MM. Jean-Claude Bacconnier, maire de la commune, Marc Reynier, président de l’association « Route des églises romanes du bassin de l’Ardèche » et Jean-Pierre Auzas.
Ce dernier nous rappelle d’abord que saint Maurice était, selon la tradition, un militaire romain qui fut martyrisé vers la fin du iiie siècle à Agaune, aujourd’hui Saint-Maurice, dans le Valais, pour avoir refusé de participer à un sacrifice offert aux dieux païens.
Cette église présente beaucoup d’analogies avec celle de Sauveplantade que nous venons de visiter. Par l’histoire d’abord.

Historique

Dans le pouillé de l’Église de Viviers figure la donation faite par un certain Marius qui dit avoir construit une église en l’honneur de saint Maurice, « super Heuticam flumen » (c'est-à-dire au-dessus de la rivière Ardèche), l’avoir dotée de 30 colonies et, suivant la formule habituelle, l’avoir donnée « à Dieu et à saint Vincent ».
Restée, comme celle de Sauveplantade, sous l’autorité directe de l’évêque de Viviers jusque dans le courant du xie siècle, l’église de Saint-Maurice fut alors confiée, comme celle de Lavilledieu, à l’abbaye de moniales de Saint-André-le-Haut de Vienne. D’après le chanoine Rouchier, ceci se serait passé en 1044 et un prieuré conventuel fut également installé à Saint-Maurice. Son histoire ne différa guère de celle qu’a connue le prieuré de Lavilledieu.

L’église

église de St Maurice

Vue extérieure

Nous nous trouvons à nouveau devant une église en croix latine, mais qui a été en partie reconstruite au xixe siècle. Le chevet et le transept roman conservés sont bâtis en petit appareil de pierres plates disposées en assises régulières. Contrairement à ce que nous avons vu à Sauveplantade, les absides latérales sont ici beaucoup plus petites que l’abside centrale. De petits contreforts peu saillants épaulent les murs à l’angle des croisillons.
La nef, à l’exception de son mur méridional, a été reconstruite au xixe siècle. Le clocher carré, coiffé de tuiles vernissées, qui s’élève sur la croisée du transept date de la même époque.
Selon Robert Saint-Jean, l’édifice roman remonterait à une époque assez reculée qu’il situe à la fin du xie ou au début du xiie siècle.
Il ne reste quasiment rien des bâtiments monastiques, sinon une tour ronde qui en flanquait l’entrée. Pourtant au début du xxe siècle, le marquis de Vogüé put encore en voir des vestiges.

Intérieur

église st maurice

Trois absides semi-circulaires voûtées en cul-de-four

église st maurice

Vue sur le croisillon sud

Les trois absides semi-circulaires, voûtées en cul-de-four, sont éclairées par des baies étroites, trois au centre et une pour chacune des absidioles. L’abside centrale a reçu un décor d’arcatures et de colonnettes reposant sur un mur bahut. Deux de ces colonnettes sont coiffées de chapiteaux historiés, aux sculptures très primitives. Le personnage est sans doute saint Maurice. On y voit aussi des animaux qui s’entre-dévorent et le père Bernard Nougier nous signale la représentation d’une scène classique, celle du « tireur d’épine ».
Les voûtes en plein cintre des croisillons sont renforcées par des arcs doubleaux qui retombent sur des pilastres aux impostes très simples.

chapiteau de l'abside chapiteau de l'abside

Chapiteaux des colonnettes de l'abside

coupole

Coupole sur la croisée du transept

mur bahut

Les colonnettes de l'abside reposent sur un mur bahut

La coupole qui coiffe la croisée du transept pose question. Vaguement hémisphérique, présente-t-elle là sa forme d’origine ou plutôt n’a-t-elle pas été, elle aussi, modifiée au xixe siècle, lorsqu’on a édifié le clocher qu’elle supporte ? On peut le penser, quand on sait que toutes les églises de la région sans exception construites, comme Saint-Maurice, suivant le plan bénédictin, ont été dotées d’une coupole octogonale sur trompes. C’était en tous cas l’avis de Robert Saint-Jean, qui pensait que les trompes avaient été recouvertes de plâtre pour les transformer maladroitement en pendentifs.

Le sarcophage des Salles

Pendant plusieurs siècles, un sarcophage trouvé au xvie siècle au quartier des Salles a servi d’autel à l’église de Saint-Maurice. Il n’en reste plus qu’une grande photographie…
Ce sarcophage de marbre blanc a tout d’abord été considéré comme d’origine païenne, ce qui lui aurait valu d’être mutilé en 1793 par le curé de l’époque1, puis d’être vendu en 1851 au musée Saint-Pierre de Lyon ; il se trouve actuellement au musée de la civilisation gallo-romaine de cette même ville.

sarcophage des Salles

Le hameau des Salles appartenant à la commune de Balazuc, la municipalité de ce village en a fait réaliser un très beau moulage que l’on peut librement admirer dans les soubassements de la mairie.
En fait, il ne s’agit nullement d’un objet païen, mais bel et bien d’un chef d’œuvre d’origine chrétienne, de l’école d’Arles, daté du ive siècle. Il présente surtout des scènes de la vie de saint Pierre qui ont été notamment détaillées par Roger Lauxerois.2

Notes

Paul Bousquet