retour accueil

SAINT-PAUL-DE-TARTAS
(Journée champêtre du 18 juillet 2004)

Le petit village de Saint-Paul-de-Tartas, de nos jours en Haute-Loire, appartenait au Vivarais avant la Révolution française, comme l'ensemble du canton de Pradelles.

Le programme de notre journée comportait d'abord la visite de son église romane. Deux possibilités avaient été offertes aux participants, soit de se retrouver à 10 heures au Chaussadis, chez Marie et Paul Bousquet, pour aller de là à pied jusqu'à Saint-Paul, soit de se regrouper à 11 heures devant l'église.
  C'est une vingtaine de personnes qui choisirent la première solution et firent donc le trajet du Chaussadis jusqu'au village en trois quarts d'heure par une agréable petite route. Celle-ci traverse le hameau de Fourmagne où l'on reconnaît une ancienne maison de béate, encore pourvue de sa cloche, mais moins caractéristique que celle de Saint-André-en-Vivarais que nous pûmes admirer lors de la sortie du 6 juin dernier, car ne possédant pas de campanile. Deux petites haltes en cours de route permirent de reconnaître d'abord le village de Coucouron, au pied de son petit volcan, le Plot de la Laoune, puis la chaîne des sucs, depuis le Mont Gerbier-de-Jonc jusqu'au Mézenc, en passant par le Sépous, le Montfol, la Lauzière, le Taupernas... Quatre croix jalonnent ce chemin, dont trois en pierre ; au sommet de la côte, à 1 215 mètres d'altitude, celle dite « du Couderc du Lac » possède un fût galbé avec astragale, comme une colonne antique. La quatrième se trouve à l'entrée de Saint-Paul. C'est une croix à personnages bien conservée, portant le millésime 1617, avec le Christ d'un côté et, de l'autre, une Vierge orante entourée par des anges.

Saint-Paul-de-Tartas : La croix du Couderc du Lac

La croix du Couderc du Lac

Visite de Saint-Paul-de-Tartas : Le groupe de la Sauvegarde

À notre arrivée à Saint-Paul, nous trouvons la place pleine de voitures et c'est une cinquantaine de personnes qui se regroupent pour écouter le Président honoraire, Michel Faure, nous présenter l'église. Il peut pour cela s'appuyer sur le compte rendu, qu'il a retrouvé, d'une précédente visite de la «Sauvegarde» (12 août 1975), compte rendu rédigé par Jean Oisel, à partir de notes de Robert Saint-Jean.
   Le village tire son nom de la colline voisine, le mont Tartas qui le domine au nord. Jusqu'à la Révolution, il fit partie du Vivarais et fut le siège d'un prieuré de l'abbaye de La Chaise-Dieu.

L'église est romane (fin du XIIe siècle), massive, bâtie d'un seul jet en blocs de granit ou de lave et couverte de lauzes. Le plan est rectangulaire: une seule nef de vastes proportions, contrebutée par deux énormes contreforts au niveau de l'arc triomphal. Ils étaient jadis surmontés d'échauguettes dont un vestige se voit du côté nord. C'était donc une église fortifiée, dont les murs ont une épaisseur énorme.

Saint-Paul-de-Tartas : L'église
Saint-Paul-de-Tartas : façade occidentale de l'église

La partie médiane de la façade est en granit ; elle est flanquée de deux ailes plus étroites, légèrement saillantes, en pierres de lave. L'entrée est constituée par un portail à quatre arceaux en ogives, donc plus tardif que le reste; les nervures des arceaux se raccordent aux parties verticales sans l'intermédiaire de chapiteaux. Contrairement au reste de l'édifice, il est réalisé en grès assez dur. Au-dessus du porche se voit un curieux oculus d'époque romane : un motif mouluré semi-circulaire en couronne la partie supérieure et retombe sur deux éléments sculptés dont Noël Thiollier a proposé une interprétation : à droite un être dont on devine la tête et les bras et à gauche un animal fantastique à la longue queue touffue, qui semble vouloir représenter un loup en marche {peut-être un ancêtre lointain de la bête du Gévaudan ?) et dont la tête est écrasée par le boudin qui termine la moulure. La tradition populaire rapporte qu'il s'agirait à droite du singe représentant l'esprit du mal et à gauche du renard symbolisant l'esprit de ruse, tous deux semblant vouloir, en vain, échapper au châtiment.
La haute façade se termine par un vaste clocher-peigne à quatre baies, toutes pourvues de leurs cloches, mais obstruées à l'arrière par une construction couverte, ce qui est assez fréquent en montagne du fait de la rudesse du climat.
   À une époque plus tardive, on a d'abord rajouté une chapelle latérale au nord, puis au XIXe siècle, une deuxième au sud, flanquée d'une sacristie, ce qui nuit à l'ordonnancement extérieur de l'édifice.

église de Saint-Paul-de-Tartas : un des enfeus

Un des enfeus

église de Saint-Paul-de-Tartas : Vestiges d'une échauguette

Vestiges d'une échauguette

Pénétrons dans celui-ci. Les parements intérieurs des murs ainsi que la voûte en berceau sont faits de gros blocs aussi bien appareillés que ceux de la façade et des murs extérieurs. La voûte est renforcée d'arcs doubleaux en cintre légèrement surhaussé retombant sur des consoles sculptées. Un gros bandeau de section rectangulaire entoure la naissance de la voûte.

L'arc triomphal retombe sur deux chapiteaux sculptés qui, contrairement à l'habitude, ne couronnent pas une colonne ou un pilier, mais sont disposés comme des modillons, supportés par une sorte de corbeau. Celui du nord est particulièrement original par son décor formé de quatre sirènes à deux queues qui entourent la corbeille, en tenant dans chaque main une queue-jambe de leur voisine. Le motif de la sirène à deux queues se retrouve dans quelques églises du Velay1, notamment au porche du For de la cathédrale du Puy, mais la composition du chapiteau de Saint-Paul est unique.

église de Saint-Paul-de-Tartas : chapiteau orné de sirènes bifides

Chapiteau orné de quatre sirènes bifides

Le chœur, légèrement plus étroit que la nef, se termine par un chevet plat percé d'une longue et étroite fenêtre au profond ébrasement et d'un important oculus. Comme cela se rencontre dans d'autres églises, l'axe du choeur est légèrement dévié par rapport à celui de la nef. Faut-il y voir ce symbolisme si controversé de l'inclinato capite rappelant l'inclinaison de la tête du Christ sur la croix ? Selon Robert Saint-Jean, il s'agirait plus prosaïquement d'une erreur de raccordement des fondations lors d'une reconstruction partielle de l'édifice.
   Dans le chœur, on remarque un vestige de boiserie sculptée, sans doute du XVIIIe siècle, qui devait s'étendre à l'ensemble du pourtour; est-ce l’œuvre d'un artisan local ou une récupération d'un couvent détruit ?
   Vers l'entrée, une seconde voûte basse, peu saillante, devait composer un élément de construction avec l'oculus de la façade. Une tribune en bois, plus récente, en altère le caractère.
Un cimetière entourait l'église. Contre son mur nord subsistent deux enfeus en bon état de conservation. Construits en granit et couverts de lauzes, ils dateraient du XIIe siècle. L'entablement de celui de gauche était soutenu par quatre colonnettes dont une seule subsiste ; celui de droite, par deux consoles au masque humain encore reconnaissable et par deux colonnettes disparues. Une allée mène de la porte de l'enclos à celle de l'église ; elle est bordée de pierres tombales mises bout à bout et toutes semblables, avec une grande croix en relief. Faut-il y voir le manque d'imagination de quelque tailleur de pierre local ou l'uniformité voulue des tombes des religieux bénédictins ?

Saint-Paul-de-Tartas : maison faisant sans doute partie de l'ancien prieuré.

 D'après les vestiges retrouvés, on pense que le prieuré s'étendait assez loin autour de l'église. En tous cas, une très belle et ancienne maison du village en faisait certainement partie ; on dit même qu'elle aurait été la maison du Prieur. Nous avons eu la chance de pouvoir, non seulement en contempler l'extérieur, en grandes pierres parfaitement taillées et appareillées, mais aussi pénétrer dans la salle du rez-de-chaussée superbement voûtée, grâce à l'extrême obligeance de sa propriétaire, Mme Schuyten, que nous tenons à remercier encore ici.


Saint-Paul-de-Tartas : réunion au Chaussadis

Compte tenu de l’heure avancée, le retour au Chaussadis, où nous attendait l’apéritif, s’effectua en voiture pour tout le monde. Puis ce fut le pique-nique dans le pré, à table ou assis dans l’herbe, selon le goût de chacun.

  Vint enfin, dans la grange, la projection de la première partie d’un diaporama consacré aux Églises romanes en Ardèche. Il s’agit des églises de la partie méridionale du rivage rhodanien, de Bourg-Saint-Andéol à Cruas.

Photographies : P. Bousquet & J.-P. Huyon