retour accueil

LAGORCE
1- Projet de restauration et de mise en valeur du patrimoine communal
2- Visite du village

PROJET DE RESTAURATION ET DE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE COMMUNAL (2009)

Sur les plateaux calcaires du Bas-Vivarais, près des Gorges de l'Ardèche et de la Dent de Rez, entre Vallon-Pont-d'Arc, Ruoms et Vogüé, Lagorce s'étend sur près de 7 000 hectares. Des panoramas uniques sur une nature d’une grande richesse entourent les hameaux et le village de la plus vaste commune d'Ardèche. Plusieurs mesures de protection de la nature sont ici appliquées1. Lagorce offre aussi un panorama sur l'ensemble des périodes préhistoriques et historiques. De la présence humaine 40 000 ans avant notre ère aux changements agricoles des XIXe et XXe siècles, les sujets d'intérêt sont nombreux.

Vue générale de Lagorce

Lagorce (Cliché Michel Rouvière)

Aujourd'hui, la municipalité de Lagorce souhaite mettre en valeur ces patrimoines. Elle est une des rares en Ardèche à avoir engagé une chargée de mission patrimoines. Les habitants sont aussi invités à participer aux projets. Ainsi, des groupes de travail consacrés à des thématiques comme « Culture/Patrimoines », « Espaces naturels », « Développement durable », « Agriculture » sont forces de propositions auprès des élus.

Nous vous proposons ici une visite guidée des sites patrimoniaux et des projets de Lagorce.

pivoine

Tout d'abord, une marche sur le sentier botanique est utile pour se « mettre en jambes ». Vous y apercevrez peut-être la pivoine (Paeonia officinalis) qui a rendu Lagorce célèbre au XVIe siècle. Exploitée pour ses vertus médicinales, elle était alors exportée dans la France entière. C’est aujourd'hui une plante protégée. En continuant sur le chemin, vous pouvez passer devant la chapelle Notre-Dame d'Ajude. Cette chapelle mariale, évoquée dans les documents dès le XIVe siècle, a peut-être été détruite durant les guerres de Religion qui ont marqué l'histoire de Lagorce. La date 1776 indiquée sur le fronton correspondrait ainsi à une reconstruction ou à une restauration. La façade principale sera rénovée en septembre 2009. Des volontaires lagorçois décroûteront l'enduit et referont les joints. Encadrés par les Chantiers de l'Argadem2, ils pourront ainsi acquérir les techniques adaptées au bâti vernaculaire. Les employés techniques de la commune, qui entretiennent au quotidien les patrimoines, participeront à ce chantier-école. La Société de Sauvegarde nous accompagne dans ce projet qui touche un bâtiment non protégé.

Lagorce : chapelle ND d'Ajude

Lagorce - Chapelle N.-D. d'Ajude (Cliché Marine Roux)

Sur ce même sentier, des groupes de travail ont entrepris de reconstituer une charbonnière afin de présenter aux visiteurs et marcheurs cette importante activité, aujourd'hui disparue, réalisée dans les bois de chênes de cette région des gorges de l’Ardèche.

Après le circuit du sentier botanique, vous pourrez remonter vers le village médiéval : les ruelles et les calades vous emmèneront du temple aux ruines du château. Vous pourrez repérer l'histoire architecturale sur les façades des maisons et admirer les setiers de la place de la Dîme. Ou serait-ce la place de l'Horloge ? Il existe un débat entre les habitants. Sans noms officiels, les places et rues de Lagorce vont devoir en adopter bientôt. Les historiens locaux et les habitants sont associés à cette recherche.

Les calades, après avoir reçu un nom, devront être rénovées. Cette entreprise de plusieurs années passera par la formation des employés techniques de Lagorce. Ensuite, sur ces passages communaux et sous forme de panneaux, des informations sur l'histoire des lieux seront présentées. Des circuits de visite pourront ainsi être proposés. L'association des « Amis de l'histoire de la région de Vallon » sera sollicitée pour être partenaire du projet. Il sera entre autres possible de présenter le sentier des ailantes qui nous rappelle que l'activité séricicole était ici importante ; cet arbre avait été introduit en Ardèche pour tenter d’acclimater, durant l’épidémie de la pébrine, une race de vers à soie différente du Bombyx du mûrier.

Le musée « Ma Magnanerie » expose les épisodes les plus marquants de l’histoire de la sériciculture. Dans une authentique magnanerie aménagée, la visite guidée permet de suivre l'évolution de vers à soie vivants, de l'oeuf au papillon. Ce musée est la mémoire d'une activité qui a profondément marqué l’Ardèche et ses habitants, essentiellement au XIXe siècle. À Lagorce, la sériciculture a perduré jusqu’en 1968. Un projet de rénovation est aujourd'hui en cours afin que le musée conserve la dynamique qui le caractérise.

église de Lagorce - Côté nord

église de Lagorce - Côté nord (Cliché Marine Roux)

Lagorce : Intérieur de l'église du XVIIe siècle

Intérieur de l'église du XVIIe siècle
(Cliché Michel Rouvière)

 

Dessin des trois églises superposées de Lagorce

Vue perspective « éclatée » des trois églises superposées de Lagorce
(Dessin de Micky Szekely, «  Les églises de Lagorce », Revue des Amis de l'histoire de Vallon-Pont-d'Arc)

 À proximité du musée, vous pouvez découvrir les « trois églises » de Lagorce. Trois constructions, mais une seule est visible dans le village. Il faut préciser qu'il ne reste que les ruines de la première église. Celle-ci existait au tout début du XVIe siècle et fut détruite pendant les « seconds troubles » des guerres de Religion. À la fin du XVIIe siècle et au même emplacement fut construite une nouvelle église. Mais, située en contrebas de la route, elle était inondée à chaque averse. En 1860, la construction d'une nouvelle église à côté de l'existante est envisagée. Finalement, le nouveau lieu de culte sera érigé au dessus de l'église du XVIIe siècle, s'appuyant sur ses fondations. Lors des travaux, un procès entre le curé de la paroisse et l'entrepreneur retarda l'achèvement de l'ouvrage. Le manque d'argent et l'impatience des fidèles empêchèrent l'édification du clocher tel que prévu dans les plans. Long et pointu dans le projet, c'est un clocher court et se terminant en « chapeau d'évêque » qui s'élève aujourd'hui sur l'église de Lagorce. C'est ce bâtiment qui est accessible depuis la route principale et qui accueille aujourd'hui les offices.

Située sous cet édifice du XIXe siècle, l'église du XVIIe siècle avait été un peu oubliée des habitants. Pourtant, l'espace offert par cet ancien lieu de culte est remarquable. La commune souhaiterait le transformer en salle culturelle et y accueillir des expositions, des résidences d'artistes, des spectacles etc. La Société de Sauvegarde est ici également associée au projet de rénovation ainsi que, bien évidemment, les « Amis de l'histoire de la région de Vallon ».
(Cette opération a depuis été réalisée. Voir ci-dessous « Visite du 20 mars 2014 »)

De nombreuses actions alliant les patrimoines et nos pratiques contemporaines sont possibles. Tous ces projets d'envergure très différente ne verront pas le jour simultanément, tous n'ont pas été ici évoqués et beaucoup de richesses restent à être exploitées. Les passionnés en seront ravis.

Marine Roux
Chargée de mission patrimoines à la mairie de Lagorce.


VISITE DU VILLAGE (20 MARS 2014)

les toits de Lagorce

Après la matinée consacrée à Balazuc, une route pittoresque à travers la garrigue nous amène à Lagorce, village perché chargé d'histoire, auquel nous consacrerons notre aprèsmidi. Nous y sommes attendus par M. Pierre Leroux, qui sera notre guide, et M. Hervé Ozil, maire, qui, malgré un emploi du temps chargé en cette veille d'élection, a tenu à nous accueillir personnellement et, non content de nous ouvrir une salle confortable pour déjeuner, a enrichi l'en-cas tiré de nos paniers de quelques bouteilles de vin de son terroir ensoleillé.
Ainsi réconfortés, nous voilà bientôt prêts à suivre notre guide à la découverte du vieux village. À lui la parole.
La commune de Lagorce a une population de plus d'un millier d'habitants pour une superficie d'environ 7 000 hectares,dont les bois occupent 65 %, le reste étant essentiellement consacré à la vigne et, depuis peu, à des plantations d'oliviers.
Le nom de Lagorce (La Gorce dans les estimes de 1464, Gorcia au XIIIe siècle) viendrait du gaulois gortia, signifiant buisson épais, haie puis enclos. À travers le vieux village La visite commence par le temple.

Intérieur du temple

Intérieur du temple

L'édifice primitif, construit vers 1577- 1580, fut démoli en 1685, à la révocation de l'Édit de Nantes. En 1806, le terrain fut rendu à la communauté protestante qui lança une souscription pour construire le temple actuel, inauguré en 1821. En 1838, un campanile fut ajouté, dont la cloche porte cette inscription : « acquise aux frais des protestants de Lagorce, sous le pastorat de Dardre ; fondeurs : Montet et Brunet à Lyon ; le 6/02/1877 achèvement de la cloche ». Une nouvelle souscription permit l'achat, en 1856, d'un orgue de facture parisienne, qui fut transporté d'abord par bateau, puis par chemin de fer et enfin en charrette. Il a été restauré en 1970.

Nous continuons la visite par ce qui était la grande rue, d'après le compoix de 1598. Quelques belles maisons bourgeoises datent du XVIe siècle ; la plus importante, sous le passage voûté, appartenait à la famille Panisse, puis au notaire Sabatier qui deviendra Sabatier de la Chadenède. Plus tard, cette maison restera l'étude de divers notaires, notamment les Villard et Peschier. Plus loin, nous découvrons les mesures à grain qui servaient au paiement de la dîme. Elles sont situées sur la place appelée, suivant les périodes et les écrits, « place de l'horloge », « le queyret » ou « place de la dîme ». La tour de l'horloge, ou beffroi, construite en plusieurs étapes, servait de porte d'accès au castrum. La cloche placée au sommet date de 1641 et porte l'inscription : « IHS Fili David miserere nobis » (Jésus fils de David aie pitié de nous). Sur la face sud de la tour, un cadran solaire, restauré en 1975, surmonte le blason de la famille de Lagorce, de gueules en trois rocs d'échiquier d'or.

Mesures à grains

Mesures à grains

Tour de l'horloge

Tour de l'horloge

Nous progressons vers l'emplacement de ce qui fut le château du baron de Lagorce. Dans son enceinte se trouvait une chapelle dont ne restent que quelques pans de murs et une piscine liturgique. Peu d'autres vestiges visibles de ce château, à part un escalier partant de la poterne, une croix et de rares pierres sculptées.
La rue principale montre de très beaux témoins de portes médiévales, quelque peu altérées par des travaux de modernisation, et des devantures de boutiques de la même période. On y voit aussi des fenêtres à meneaux, géminées ou trilobées, des portes piétonnes précédées d'une ou plusieurs marches et souvent surmontées d'un jour, comme celle du notaire Sabatier de la Chadenède. Une façade porte un blason à cinq besants sur la partie centrale d'une fenêtre trilobée.

blason

Façade portant un blason à cinq besants

linteau gravé

Linteau de porte

Des églises posées l'une sur l'autre

Voir également l'article précédent « Projet de restauration et de mise en valeur du patrimoine communal »

Sortant du vieux village, nous arrivons sur la route qui longe son enceinte. Au-delà de cette route, devenue aujourd'hui l'artère principale de Lagorce, il n'y avait aucune habitation au début du XIXe siècle, comme en témoigne le cadastre de 1825. C'est là, hors les murs, que nous trouvons l'église actuelle. Sa façade occidentale, côté route, surmontée d'un clocher carré, est de hauteur habituelle pour un tel édifice, mais son chevet est deux fois plus élevé, car le terrain est en forte pente. Nous allons voir que cette disproportion originale résulte en fait de la superposition de deux églises présentant aujourd'hui l'aspect extérieur d'un bâtiment unique, d'une hauteur impressionnante côté est.
Entrant dans l'église haute, inaugurée en 1878, qui est actuellement dédiée au culte, nous découvrons une nef unique, lumineuse et sobre, décorée de quelques peintures murales. Dans le chœur, derrière l'autel, une toile retient notre attention. Classée au titre d'objet en 1968, c'est une réplique de l'Annonciation du peintre flamand Louis Finsonius (1580-1652), dont l'original se trouve au musée du Prado.
Par un escalier extérieur, côté nord, nous atteignons ensuite le niveau de l'église basse, en traversant l'emplacement en pente du cimetière médiéval. De celui-ci aucune trace n'est plus visible, mais les récentes fouilles, menées dans l'urgence par l'archéologue Joëlle Dupraz, ont retrouvé des sépultures, dont celle d'une jeune femme avec des boucles d'oreilles en or. Ces fouilles ont également rencontré les vestiges du bras septentrional du transept de l'église médiévale, qu'une visite canonique de 1599 déclarait entièrement ruinée. C'est sur les bases de cette église en ruine que fut élevé, en 1686, un nouvel édifice de culte à nef unique, sur lequel l'église haute a été posée à la fin du XIXe siècle.
De l'église médiévale, l'édifice du XVIIe siècle a conservé deux contreforts extérieurs et la base des murs jusqu'à mi-hauteur des fenêtres, comme en témoigne la différence d'appareil visible aujourd'hui. Lors de sa construction, les bras du transept ont été fermés, leur emplacement restant marqué par deux niches dans lesquelles des autels avaient été installés, l'un au nord, l'autre au sud. Des fouilles effectuées dans le chœur ont retrouvé des ossements, probablement ceux du notaire Sabatier de la Chadenède, inhumé en 1760 sous les marches de l'autel central.
Cette église du XVIIe siècle, inutilisée depuis longtemps, vient d'être aménagée par la municipalité en salle culturelle, localement connue sous le nom de « la crypte », opération soutenue par un important mécénat et par une aide de la Sauvegarde. La scène de cet espace culturel est installée à l'emplacement du chœur et les gradins du public s'élèvent jusqu'au niveau de l'ancienne tribune de l'église, suivant la pente du terrain. Les concerts qui y sont donnés bénéficient d'une acoustique de qualité.
Après ce riche parcours, le temps nous a manqué pour aller jusqu'à la chapelle de Notre-Dame d'Ajude, située sur la colline boisée en face du village. Ce sera pour un prochain rendez-vous à Lagorce.

Pierre Leroux
Amis de l’histoire de la région de Vallon,
avec la collaboration de Pierre Court

Photos de Michel Rouvière

Notes